Technique

Nous utilisons une console de mixage numérique YAMAHA 01V96, un préampli micro 8 canaux PRESONUS et une interface RME FireFace 802. Les enregistrements sont réalisés en multipiste 20 pistes et en haute résolution 24 bits avec une station de travail audio-numérique SAMPLITUDE Pro X.
Nous pouvons utiliser jusqu’à 22 microphones simultanément.


Pour l’écoute de contrôle, nous utilisons un casque ouvert BEYER DT880 Pro, un casque fermé BEYER DT770 Pro ou AKG K271 MKII. Quand l’acoustique de la pièce qui sert de régie est correcte, nous utilisons aussi des moniteurs de proximité GENELEC.
Un système d’intercom et une signalisation lumineuse permettent de communiquer avec les musiciens.

Un réseau casque pour les musiciens est disponible si des « overdubs » sont nécessaires en enregistrement sur site.
Nous disposons aussi de 14 splitters de micro, isolés, qui permettent de redistribuer certains microphones vers une éventuelle sonorisation.
Une synchronisation SMPTE est aussi possible pour une captation associée à une vidéo.

Les fichiers audio-numériques sont enregistrés sur des disques SSD et sont systématiquement sauvegardés sur 2 disques durs.

Les fichiers audio sont au standard WAV 24 bits et il est possible de récupérer les fichiers pour réaliser le mixage dans tout autre studio équipé d’une station de travail numérique. Les enregistrements peuvent être exportés au formats OMF et AAF vers Pro Tools.

Nous réalisons aussi le montage (assemblage des meilleurs interprétations de toutes les prises), le mixage et le mastering des CD jusqu’à obtention du « Master DDP », image exacte, aux normes Red-Book du CD final qui sera transmis à l’usine de pressage. Nous pouvons aussi créer pour vous la maquette graphique de la pochette et du livret du CD.


Les microphones (et leur placement) sont certainement les éléments les plus important pour le son d’un enregistrement. Ils représentent aussi une part importante de l’investissement en matériel.
Certains microphones donnent des résultats particulièrement bons sur certains instruments ; un accord, pas toujours prévisible, entre les caractéristiques du microphone, celles de l’instrument et les contraintes de la prise de son.

Les techniques de prise de son varient suivant les styles de musique ; multi-micros pour le jazz, pour le classique : couple principal A-B ou couple ORTF, micros d’ambiance et micros d’appoints éventuels.
Nous disposons actuellement d’un parc d’une quarantaine de microphones (Neumann, Avenson, Beyer, Calrec, AKG, Audio-Technica etc.) toujours en évolution et de plusieurs « boîtes de direct » actives et passives.


Les séances d’enregistrement sont préparées au préalable d’après les indications fournies par le client, type de musique, salle, emplacement des musiciens, etc..
Les configurations des pistes d’enregistrement et de la console sont établies avant le départ ainsi qu’un premier choix des microphones et de leurs emplacements. Bien sûr, tout cela n’empêche pas les modifications et parfois les bouleversements une fois sur place !

L’installation du matériel prend, en moyenne, deux heures. Il est préférable de disposer d’une pièce relativement isolée phoniquement qui servira de régie. Un câble multipaire de 30 ou 60 m la relira à la scène. Il est possible de disposer le matériel d’enregistrement au fond de la salle de concert si aucune autre pièce n’est disponible.
Si nécessaire, une intercom et une liaison vidéo sont aussi installées.

Si le concert est sonorisé, nous utilisons éventuellement des splits isolés pour renvoyer les signaux des micros vers la sonorisation.

L’enregistrement d’un concert ne prend jamais moins d’une journée, transport, installation et réglages compris.

Si besoin, des renseignements précis et des croquis seront demandés sur l’implantation de la salle, l’instrumentation et la disposition des musiciens.